Toutes les interprétations

 
 

Votez pour Tears Of Metal
Accueil
e-mail
 

TOBIAS SAMMET
AVANTASIA PART 1

Genre : Speed Opéra
Année : 2001
Prelude
Reach Out For The Sky
Serpents In Paradise
Malleus Maleficarum
Breaking Away
Farewell
The Glory Of Rome
In Nomine Patris
Avantasia
A New Dimension
Inside
Sign Of The Cross
The Tower

AVEC :

Tobias Sammet ... L'apprenti Gabriel Laymann
Michael Kiske ... Le druide Lugaid Vandroiy
Kai Hansen ... Le nain Regrin
Devid DeFeis ... Frère Jakob, moine dominicain
André Matos ... Le prince des elfes, Elderane
Oliver Hartmann ... Le pape Clément VIII
Sharon Den Adel ... Anna Held
Rob Rock ... L'évêque Johann Adam Von Bicken
Ralf Zdiarstek ... L'huissier Falk Von Kronberg
Timo Tolkki ... La voix dans la tour

Voici donc la traduction complète d'Avantasia, l'opéra métal de Tobias Sammet. Comme vous pouvez vous en douter, l'ensemble a prit énormément de temps et j'espère qu'il n'y aura pas trop de fautes. Considérant la ponctuation parfois hasardeuse de l'original, j'ai parfois eu du mal à retranscrire quelque chose de compréhensible (le début de l'introduction est un peu confus par exemple). Cela dit, l'important est de comprendre l'histoire et je pense que Tobias Sammet ne serait pas contre ce type de travail qui tend à rendre son scénario plus abordable à son public non anglophone. Tout ce qui suit est essentiellement issu du livret de l'album.



S'il vous plaît, considérez que les passages chantés ne sont pas toujours des dialogues. Parfois, les personnages parlent seulement de leurs sentiments et de leur point de vue concernant différentes circonstances. Ce qui fait que dans certains cas, il y a deux acteurs apparaissant dans une seule partie, mais qui ne sont pas dans le même environnement (Jakob et Gabriel dans "Serpents In Paradise"). Décrire chaque partie de l'histoire serait allé au delà de l'ampleur de ce travail. Pour cette raison, la musique délaisse des détails - plus ou moins important - de l'histoire. Ainsi, lire le résumé et l'introduction à la suite des paroles est absolument nécessaire pour comprendre l'histoire. La seconde partie d'Avantasia, la suite du second acte, est en cours de préparation et bientôt terminée. Sa sortie est prévue pour bientôt...

Introduction :

Mayence (en allemand, Mainz) : 1602 après JC.

Le soleil était déjà levé depuis quelques heures lorsque Gabriel Laymann, un jeune apprenti chez les moines dominicains de Mayence, passa la porte, quittant le monastère pour son travail... Peut-être était-il honoré par sa lutte durant le procès lorsqu'il s'était occupé de l'âme d'Else Vogler possédée par le diable, avant qu'elle soit purifiée par les flammes. Il ne savait pas exactement mais il semblait que les anciens moines de retour dans le monastère et spécialement son mentor Jakob, avec lequel il avait eu la responsabilité de l'âme d'Else, avaient aimé la façon avec laquelle il avait affronté la situation dans la prison avec la sorcière. Cette dernière avait été dénoncée car découverte en train de lire des écrits païens. Jakob devait être fier de lui car il avait mentionné à plusieurs reprises combien il avait été impressioné par la sensibilité de Gabriel, comment il avait agit dans ces situations : Quand le diable était revenu dans son corps pour parler par sa bouche, quand il sortit pour revenir à nouveau... Et bien que ce ne fut pas facile de voir de l'humanité dans la femme hystérique, Gabriel n'a jamais oublié qu'elle avait été humaine comme lui avant que l'esprit diabolique ne lui vole sa raison.
Alors, immédiatement, il eut sa récompense : Aujourd'hui, il a été envoyé seul à la tour des sorcières où ceux qui se sont écartés du droit chemin attendent ce qu'ils méritent. Lorsqu'il ouvrit la lourde porte en bois pour regarder à l'intérieur celui qui était allongé dans le froid, sur les pierres recouvertes de paille, il sentit comme un éclair lui frappant la nuque. Il regarda une fois, puis une fois encore et ne put finalement écarter ses yeux de son "client" : Anna Held ! Elle était allongée là, en train de le regarder et elle semblait trop faible pour le reconnaitre. Pour reconnaitre son propre demi-frère, qui avait été comme un frère pour elle lorsqu'ils étaient jeunes. Lorsqu'il du la quitter à l'âge de neuf ans pour rejoindre les dominicains, il lui avait promis qu'ils se reverraient un jour. Mais comme ça ? Anna Held ? Une sorcière ? Lorsqu'il était enfant, il n'avait jamais pensé que le diable serait capable de la posséder. Mais bien sûr, il ne connaissait rien à la sorcellerie et aux jeux du vieux démon... Quoi qu'il en fut, lui parlant par les lèvres d'Anna, il comprit qu'elle devait être innocente.
Indubitablement, un démon d'était pas un démon, s'il révélait son identité si rapidement. Parfois, ça prenait des semaines avant que le corps possédé ne se confesse. Mais il devait y avoir au moins une petite chance, que son emprisonnement ne soit qu'une énorme erreur de justice. De toute façon, il n'y avait qu'une seule façon de le savoir : Jakob ! Il aiderait Gabriel si quelque chose n'allait pas. Et il trouverait s'il y avait une affaire étrange...
... Doucement, Gabriel ouvrit la porte et la lueur de quelques chandelles illumina le hall du monastère par la fente sous la porte de la bibliothèque. Gabriel avait cherché Jakob durant toute l'après-midi et la soirée mais comme il ne l'avait trouvé nulle part, il fut détreminé à le rencontrer plus tard dans la bibliothèque. Jakob était toujours ouvert aux problèmes lorsqu'il était assis ici en train de lire ; et la chance de le rencontrer était grande car il y était presque toutes les nuits. Alors Gabriel entra dans la pièce et comme le vieux moine le voyait, il ferma immédiatement le livre qu'il lisait et le reposa sur l'étagère ; en fait, il le jeta plus qu'il ne le posa et le jeta davantage derrière que sur l'étagère. Voulait-il cacher quelque chose ? Impossible, Jakob était de ceux qui pouvait se noyer dans leur lecture et ainsi il a pu réellement sursauter lorsqu'il réalisa qu'il n'était pas seul dans la pièce. Le vieux moine écouta consciencieusement le problème de Gabriel et lui promiy qu'il rendrait l'emprisonnement et le procès d'Anna aussi confortable que possible jusqu'à ce que son innocence ou sa culpabilité soit prouvée. De plus, il dit à l'apprenti inquiet qu'il commencerait son enquête sur le dossier pour trouver si il y a une erreur. Avec quelques mots apaisants, il quitta Gabriel qui retourna dans sa cellule monacale où il ne parvint pas à dormir.
Qu'arrivait-il à l'apprenti ? Bien sûr, Jakob avait promit son aide mais ses mots étaient-ils honnêtes ? Son attitude avait été étrange quand Gabriel avait pénétré dans la bibliothèque. Et pourquoi avait-il sursauté lorsqu'il l'avait surpris en train de lire ? Peut-être y avait-il quelque chose avec le livre... Oui, le livre, il pourrait apporter un peu de lumière aux pensées de Gabriel. Et dans le cas contraire ? Il s'agissait peut-être d'un livre païen que Gabriel n'avait pas le droit de lire. Peut-être était-ce un livre satanique, confisqué à Else Vogler, la sorcière. Bien qu'il ait été impliqué dans le procès, il n'avait jamais vu le livre qu'on l'avait accusée de lire. Mais en quoi ça l'aiderait pour libérer sa demi-soeur Anna ? Ou... le peut-il ? Ou peut-être ne devrait-il pas essayer de la libérer. N'était-elle pas réellement posédée par le vieux dragon ? Peu importe, Gabriel ne pouvait pas dormir de toute façon et pensa qu'il devrait jeter un oeil au livre. Il se glissa silencieusement dans la bibliothèque... et même si le livre pouvait être un danger pour les lecteurs, la croyance de Gabriel était sûrement assez forte pour faire face à n'importe quelle force diabolique.
Vieux, il semblait être très vieux. Et l'odeur permit à Gabriel d'en être sûr : Ce livre était démoniaque. Démoniaque ! Fixé à l'intérieur de la couverture de cuir était une plaque triangulaire aussi grosse qu'une main, qui semblait être faite avec une sorte de métal. Il ne fut pas capable de comprendre la plupart du livre car il ne connaissait pas le langage utilisé pour l'écrire. Seulement quelques gribouillages que quelqu'un avait ajouté ensuite, probablement longtemps après que le livre ait été écrit. Mais bien qu'il parvint à lire ces mots, il ne put en comprendre le sens :

Beaucoup de Chemins mènent à Rome. Sept fois, un chemin pour tous qui mène à un monde au délà de notre imagination.

Quelle que soit la personne capable de comprendre, Gabriel ne le pouvait pas et feuilleta ainsi, espérant trouver quelque chose de lisible. Et il fut récompenser par ses efforts. Il trouva à la fin une lettre glissée dans le livre et adressée à Else Vogler ! A présent, Gabriel savait de quel genre de livre il s'agissait ! Mais il ne pouvait abandonner et commença à lire la lettre, bien qu'il ne se sentait pas très à son aise, lisant quelque chose de probablement très privé et qui ne lui est évidemment pas destiné. Vandroiy avait écrit ce qu'il avait entendu d'un marchant gaulois, sur la personne qui avait vendu le livre à Else Vogler. Mais l'auteur de la lettre disait que le livre était à lui et qu'on lui avait été volé il y a quelque temps. Et parce qu'il voulait reprendre le livre, il lui fit savoir qu'il aimerait lui rendre visite pendant l'été, de nuit, pour reprendre son bien. Gabriel restait confus car il s'était attendu à quelque chose de plus excitant quand il avait eu en main un livre de sorcellerie. Déçu, il reposa le libre où il l'avait prit, quitta la bibliothèque et retourna dans son lit sans pour autant dormir. Concevant qu'il y avait une chance de découvrir quelque chose le jour suivant.
Il était aux alentours de huit heures du matin lorsque Gabriel se tint devant la fonraine pour se laver les mains. Mais les tâches noires sur ses doigts ne disparaurent pas. Etait-ce la mort, noire, rampant à l'intérieur des murs du monastère ? Gabriel eut peur de cette pensée mais au même moment, il oublia ses peurs car quelqu'un l'appelait derrière lui. Alors l'apprenti se retourna. Jakob le salua avec sincérité, s'excusant de s'être comporté de façon étrange la nuit précédente. Gabriel fit un signe de soulagement à son frère paternel qui n'était pas en colère après lui. Et il n'y avait aucune raison pour que le vieux moine soit en colère juste parce que l'apprenti était entré dans la bibliothèque ignorant le fait que son mentor était en train de lire quelque chose de peut-être secret. Mais à cet instant, le vieil homme se renfrogna : "Tu es allé seul dans la bibliothèque sans permission", il hurla et montra les doigts noirs de Gabriel. Et Gabriel su ce qu'étaient ces tâches noires sur ses mains. Quelqu'un avait marqué le libre pour que personne ne puisse le lire dans la clandestinité. "Tu as trahie ma confiance et tu as lu le livre interdit. Va à la chapelle... et pris pour ton pardon". Jakob criait de colère "Que le seul et unique ait pitié de celui qui a brisé la sainte loi du monastère."

C'était la dernière fois que le frère parlait à gabriel car lorsque Jakob rejoignit les mercenaires pour arrêter l'apprenti alors à genoux devant l'autel, le vieil homme fixait le plancher, restant silencieux...


Prelude



Reach Out For The Light (Etend la lumière)

    Gabriel :

Seigneur - pourquoi ne me dis-tu pas
Pourquoi j'agonise ici ?
J'ai servi, j'ai prié
Maintenant, je suis dans la misère

J'ai été loué par le frère Jakob,
j'ai fait un mauvais usage de ses confidences
Trompé par le travail du mal -
feindre l'innocence d'Anna

Oh qu'ai-je fait ?
Tant de chemins mènent au mauvais endroit,
Lucifer, lumière déchue...
Oh qu'ai-je fait ?
Que se passe-t-il ?

Nous devrions apporter le salut,
ne pas céder à la tentation - non !
Lit et prêche le mot saint
et pas de mensonges défendus qui blessent
Je me souviens des mots de "sept"
Libère moi - raison !

    Lugaid :

Etend la lumière
loin au delà des limites
tu as les lignes magiques
menant à la lumière dans ton esprit

    Gabriel :

Qu'est ce qui est bon et qu'est ce qui est mauvais maintenant ?
Est-ce une épreuve du paradis ?

Anna est-elle une sorcière ou se sont-ils trompés ?
Quel est le livre et le sceau à l'intérieur ?

Suis-je un ecclésiastique ou bien un pécheur ?
Incroyant ? Renégat ?
Est-ce le diable qui m'a emmené à "sept" ?
Oh rédempteur est-ce trop tard ?

Oh qu'ai-je fait ?
J'ai été guidé par celui qui sourit
Lucifer, lumière déchue...
Dis-moi étranger, qu'ai-je fait ?
Oh que se passe-t-il ?

Nous devrions apporter le salut,
ne pas céder à la tentation - non !
Lit et prêche le mot saint
et pas de mensonges défendus qui blessent
Je me souviens des mots de "sept"
Libère moi - raison !

    Lugaid :

Etend la lumière
loin au delà des limites
tu as les lignes magiques
menant à la lumière dans ton esprit

    Gabriel :

... dans ton esprit ? Oui - oh - oui...

 Lugaid :

Etend la lumière
loin au delà des limites
tu as les lignes magiques
menant à la lumière dans ton esprit

Interprétation :
Acte 1 :
Scène 1 :
Pendant ce temps là, ce devait être la nuit dans les rues de Mayence car seulement une faible lueur tombait à travers la fenêtre sur le sol en pierres froides de la cellule. Gabriel était assis sur le sol. Il s'accroupit, faisant attention à son compagnon de cellule, qui arpentait impatiemment la pièce. Ils avaient déjà passé quelques heure ensemble dans la même cellule. Durant tout ce temps, Gabriel se torture le cerveau sur ce qui vient de se passer dans les dernières heures et au plus il répond à des questions, au plus de nouvelles questions lui viennent à l'esprit.
Il raconte toute son histoire à son codétenu; pourquoi lui, un moine, est en prison. Et bien que l'étranger soit évidemment incapabale de l'aider, Gabriel se sent beaucoup mieux après lui avoir parlé. Dans la conversation, ce dernier, avec un accent étranger, dit que quelqu'un l'avait attaqué quand il était arrivé à Mayence car il est celui qui a signé la lettre à laquelle Gabriel a fait allusion. Sur quoi, ils parlent tous deux durant toute la nuit. L'étranger révèle qu'il est un des derniers druides vivant dans le monde, un membre d'un clan secret celtique irlandais. Et il corrobore le fait que le jeune apprenti n'avait rien à se reprocher.



Serpents In Paradise (Serpents au paradis)

    Gabriel :

Lisant la folie, ils l'ont emmenée
sous la croix
L'huissier, l'évêque et le moine
Le marteau maléfique - la loi

Prié pour le salut, j'ai combattu pour son âme -
effrayé par la créature à cornes
Le diable rampe aux alentours
jusqu'à ce qu'il l'a voie périr par les flammes

Mon père pardonne moi d'avoir vu l'intérieur des humains
Juste une intention -
si sainte et claire - pavant la voie vers la folie pour nous...

    Jakob :

Oh oui...

Mon père, pardonne moi pour ce que j'ai fait
pour avoir trahi le seul que j'aimais comme un fils
Les démons et les sorts sont-ils réels ?

La peste et le schisme - la force des Maures
Nous devons nous battre. Garder nos fidèles effrayés...
Les garder éloignés de ce qu'ils ne doivent pas voir

je vois une menace à notre paradis
en ces heures diaboliques
Le paradis brûle, les gens languissent
d'une nouvelle doctrine, ils sont...

    Gabriel :

... des serpents en chemin pour le paradis

    Jakob :

Et ne savent pas qu'ils finiront dans la damnation éternelle

    Gabriel :

Des serpents en chemin pour le paradis

    Jakob :

... furieux avec de la colère et de la douleur contre la croix

    Gabriel :

Seigneur, suis-je un incroyant - que dois-je croire ?
Peux-tu me dire seigneur ce que tu aurais fait
si tu avais été à ma place ?
J'ai regardé attentivement les yeux
d'innocence et de peur
J'ai vu Anna dans la tour dans un lac de larmes
Quelque chose d'étrange se passe et
je ne sais pas encore pourquoi
J'ai regardé attentivement les secrets
ils essayent encore de cacher

Vandroiy peux-tu me dire que sais-tu à ce sujet ?
Vandroiy peux-tu m'aider à sortir de cette prison ?

Vandroiy peux-tu m'aider à libérer Anna de ses chaînes ?
Vandroiy peux-tu m'aider à retrouver un peu mes esprits ?

Des serpents en chemin pour le paradis -
mourant par amour, se battant éternellement
des serpents en chemin pour le paradis -
Furieux avec de la colère et de la douleur...

Interprétation :
Et bien que le jeune apprenti ne comprenne pas tout ce que dit le vieil homme à la barbe grise, le peu qu'il comprend lui montre une nouvelle vision de la vie...



Malleus Maleficarum (le marteau des sorcières)

    Falk :

Alors, fille du vieil esprit démoniaque, tu prétends encore ne pas savoir ? peut-être savons -nous comment te faire retrouver la mémoire...

    Else :

Je n'ai rien fait de mal, que le sang s'abatte sur vous !!!

    Falk :

Bourreaux, allez-y !!!

Interprétation :
Est-ce sa conscience rappelant à Gabriel encore et encore quel genre d'animal il a du être, torturant violemment Else Vogler, car si les paroles de Lugaid Vandroiy sont vraies, elle était probablement innoncente. Le peu de sommeil que Gabriel trouve durant les nuits suivantes ne lui apporte pas de repos ; cauchemars - envoyés par sa conscience - le hantent chaque fois qu'il ferme les yeux pour essayer de dormir... le procès où elle a été traitée comme une bête.

Malleus Maleficarum fait référence à un livre nommé Le Marteau Des Sorcières. Il s'agit d'un traité sur la sorcellerie qui a été écrit par deux inquisiteurs dominicains : Jacques Sprenger et Henri Krämer dit Institoris. Le livre de ces deux braves gens, qui ne manquaient pas de se vanter d'avoir brulé 42 sorcières en 5 ans, sorti à Strasbourg en 1486-87. Ce type de traité sur la sorcellerie foisonna durant le 15ème siècle. Le Marteau Des Sorcières a été réédité à 33 reprises entre 1487 et 1669.



Breaking Away (S'échappant)

    Lugaid :

N'attends pas mon ami. Nous ferions mieux de ne pas y réfléchir à deux fois.
Le temps que le gardien de la prison s'effondre, tu réaliseras.
Pas moyen de revenir en arrière. Donc, il est trop tard...
De nouveaux horizons attendent...

Je sais que le moment est venu
de laisser ton passé derrière
et maintenant le temps est venu
de les empêcher de contrôler ton esprit

    Gabriel :

S'échapper !
Tout ce que nous devons faire à présent et s'échapper
Autrement elle moura
pendant que nous sommes ici enchaînés

S'échapper
Toujours être un apprenti en quête de paradis
J'espère qu'ils me pardonnent pour avoir renié ma religion
Je ne peux être hypocrite, ne peut mentir
des nouveaux horizons attendent...

    Lugaid & Gabriel :

Et maintenant, le moment est venu de prendre un autre chemin
D'apprendre la vie et de murir
et de prévenir le déclin...

    Gabriel :

S'échapper !
Tout ce que nous devons faire à présent et s'échapper
Autrement elle moura
pendant que nous sommes ici enchaînés

S'échapper !
Tout ce que nous devons faire à présent et s'échapper
Oh... Autrement elle moura
pendant que nous sommes ici, attachés à des chaînes

Houghh ! Ahhh...

    Gabriel :

S'échapper !
C'est si dur d'abandonner ce que j'ai été
Mais je dois y aller même si mon chemin me mène au royaume d'Hades...

S'échapper !
Tout ce que nous devons faire à présent et s'échapper
Oh... Autrement elle moura
pendant que nous sommes ici, attachés à des chaînes

Hough !

Interprétations :
Trois jours après leur emprisonnement commun, Lugaid Vandroiy persuade Gabriel qu'il ne fallait pas suivre son destin et attendre un tribunal de justice - ou comme il sembla que ça arrivera - d'injustice. Et Gabriel réalise qu'Anna ne peut-être aidée s'il reste enchaîné. Il est facile pour Vandroiy de voir que Gabriel a moins peur de sa propre mort que de celle d'Anna. Ils savent tous deux qu'ils doivent s'enfuir car aux yeux de la justice, Vandroiy est un hérétique... et Gabriel un renégat. Alors à leur troisième matinée d'emprisonnement, ils attendent que le geolier vienn comme il l'avait fait tous les jours précédents pour leur apporter de l'eau et un modeste repas pour la journée. Le ragard de Gabriel n'est pas capable de suivre Vandroiy, faisant chuter le geolier de derrière la porte. Rapide le vieil homme, qui porte bien ses années. Sans difficulté, le druide prend la clé à l'homme hors d'état de nuire (il puait l'alcool, ceci expliquant cela), libérant ses pieds puis ceux de Gabriel. Sans vraiment savoir ce qu'il se passe, Gabriel suit à la hâte le druide par la porte. S'échappant de leur prison... et de la vision de la vie qu'il avait jusqu'à présent.



Farewell (Adieu)

        Gabriel :

Les jours étaient venus, les hivers étaient partis
Et nous courons comme des frères au paradis
J'étais ton chevalier, te tenant serré
comme un frère quand j'ai vu ton regard pleurer
Le temps passait et nous devions nous dire au revoir

regardant les nuages au dessus
Enfants - si petits et tristes
Espérant que les saints puissent aider un jour
Nous guider ensemble à nouveau
Possédant la clé de l'allée des rêves
Encore en main

Le temps me dit de dire adieu
mais je savais que j'aurais à combattre l'enfer
et je su : Nous le ferons
allons pour encore une fois, nous pouvons voir
encore une fois, nous serons libre
pour plus d'adieu

    Anna :

Demi-frère, dis-moi ce que tu as été
Quand ils m'ont amené dans ce lieu perdu
Le signe de la croix - Ils m'ont amené
pour guérir avec des herbes par la grâce
Maintenant, j'attends le jour pour nourrir les flammes

    Gabriel :

J'ai été capturé dans une cage de désespoir
Mon coeur, comme la cellule d'un moine, si vide et dépouillée
Mais aucune eau bénite ne peut me faire t'oublier à nouveau...

Le temps me dit de dire adieu
mais je savais que j'aurais à combattre l'enfer
et je su : Nous le ferons
allons pour encore une fois, nous pouvons voir
encore une fois, nous serons libre
pour plus d'adieu

    Lugaid :

Aucune adieu ne peut être le dernier
Si vous deviez vous rencontrer encore...

Interprétation :
Il n'y a rien que Gabriel aurait voulu faire sauf courir directement à la tour des sorcières où Anna est enchaînée mais Vandroiy lui rappelle qu'il n'est plus de ceux qui ont emprisonné Anna. Il n'est plus membre de l'Eglise. Mais un hors-la-loi. Ils l'attendent probablement déjà pour l'enchaîner à nouveau... et la chance de fuir ne mènerait à rien. Gabriel finit par tenir compte des conseils de Vandroiy et accepte lorsque le druide lui propose de quitter la ville le plus rapidement possible...
Gabriel ne sait pas quelle distance ils ont parcouru durant la journée, mais dans la soirée de leur premier jour, sur la route, il peut difficilement sentir ses pieds. Et il ressent comme un échec car Anna est encore enchaînée. Comment a-t-il espéré pouvoir la rencontrer à nouveau après toutes ces années ; maintenant qu'il l'avait revue mais - aux vues de ses cauchemars récurrents - et le fait de savoir Anna enchaînée - cette réunion n'aurait pas du exister...



The Glory Of Rome (La gloire de Rome)

    Falk :

Jésus Christ, j'arrive - demeure terrestre
je suis autorisé à guider la caravane
pour te rendre visite à Rome
Je suis malade des pécheurs disant d'être simple
pendant que tu es si bien ici
Ils feraient mieux d'être scandalisés

    Von Bicken :

Oh, chemins d'or
guide nous dans TA flamme de notoriété
Oh, attends-TU
ce que nous t'avons amené de l'enfer ?

    Gabriel :

Gloire de Rome, maison glorieuse
Louant le roi des rois
Gloire de Rome, maison glorieuse
Atteignant les auréoles et les ailes

    Von Bicken :

Se dirigeant vers les anges, se dirigeant vers le banquet
Se dirigeant vers le salut et la perte de la bête
Laissez nous combattre la paria, laissez nous leur apporter du feu
Laissez nous fermer le centre de leur méchanceté, désir insensé

    Von Bicken :

Oh, chemins d'or
guide nous dans TA flamme de notoriété
Oh, attends-TU
ce que nous t'avons amené de l'enfer ?

    Gabriel :

Gloire de Rome, maison glorieuse
Louant le roi des rois
Gloire de Rome, maison glorieuse
Atteignant les auréoles et les ailes

    Pape :

Tenant dans ma main : Sept parties du sceau
pour dévérouiller la terre d'illumination que je ressens
et ça a été prédit : après avoir touché la lumière
nous allons fermer le monde
Mais maintenant, il est temps de transcender
l'ultime clé dans nos mains

    Gabriel :

Gloire de Rome, maison glorieuse
Louant le roi des rois
Gloire de Rome, maison glorieuse
Atteignant les auréoles et les ailes

Interprétation :
Scène 2 (pendant ce temps) :
Les roues du charriot grondent sur les pavés. Falk Von Kronberg, huissier de Mayence, jète un oeil par la fenêtre et est très impressioné par la ville de Rome, sa beauté et sa splendeur. Il a l'avantage de rejoindre le voyage de l'évêque Johann Adam Von Bicken, car il n'y avait personne d'autre que Falk pour diriger le procès d'Else Vogler. Le procès durant lequel ils avaient confisqué le livre que la caravane épiscopale emmenait à Rome maintenant. Incluant en outre l'évêque de Mayence, Falk l'huissier et de nombreux mercenaires, ainsi que frère Jakob, l'un des meilleurs amis de l'évêque, qui a toujours été reconnaissant pour quelques conseils de moine astucieux. Aussi, Jakob semble être empressioné par la splendeur de Rome, néanmoins ses yeux n'ont pas l'éclat de ceux de Falk. Von BIkcen est juste en train de lire et il semble ne faire attention à rien d'autre qu'à la Bible dans ses mains et peut-être à sa rencontre avec le pape. Mais pourquoi serai-til surprit par les rues de Rome, il a du venir ici de nombreuses fois déjà...
Plus tard, ils se retrouvent finalement assis autoutr d'une splendide table. L'huissier ne comprend pas ce que disent les autres mais il n'y prête pas attention. Il profite juste du raffinement du Vatican, pendant que Clément VIII, le pape qui est un ami de l'évêque de Mayence depuis longtemps quitte la pièce pour recevoir ce qu'il attendait depuis longtemps de l'évêque et de son ami Jakob. Le dernier livre avec la dernière des sept parties d'un sceau, dont ils avaient besoin pour apporter le sceau complet au centre du monde spirituel. Et comme il l'avait prédit "un document incroyablement vieux, secret et saint", ceux qui pouvaient apporter le sceau des sept livres saints de l'illumination au centre du monde spirituel attendraient la sagesse absolue, l'illumination et la vérité ultime. Et la sagesse est le pouvoir.



In Nomina Patris (Au nom du père)

Interprétation :
Alors, le pape invite Von Bicken et son ami Jakob (qui ont peur mais ne le montre pas) à le rejoindre dans un monde "que les gens ne connaissent" - un voyage dans un autre domaine de chair et de sang. Et alors, la caravane de MAyence quitte Rome sans Jakob et Von Bicken, se congratulant de ne pas être partis.
Durant la nuit suivante, le pape Clément, l'évêque et Jakob se glissent furtivement dans des couloirs sans fin sous Rome, menant à bien leur mission.
Une mission secrète, et Clément leur avait dit de n'en parler à personne, car c'est un privilège très spécial pour des hommes de Mayence d'être avec lui. Dieu habituellement ne veut pas que des gens voient ce qu'ils vont probablement voir ce soir et il ne veut pas que les gens sachent quoi que ce soit, la sagesse ne doit pas illuminer les mauvais esprits car sur terre il y a trop de gens qui n'ont pas la force de faire face à l'entière vérité. Et comme commandé par les saints manuscrits secrets , comme le dit Clément, ils doivent fermer le monde de la sagesse ultime pour toujours après l'avoir reçue. Après avoir traversé des coulois sans fin et ouvert d'innombrables portes, ils arrivent à la porte en bois qu'ils cherchaient. Déposant le lourd sac qu'il avait transporté, le pape enlève une plaque triangulaire qu'il avait vu sur la couverture du livre confisqué à Else Vogler. Dieu tout puissant, Clément prend la plaque dans ses mains et avec ses deux mains il la maintient contre une autre plaque fixée sur la lourde porte. Et sans utiliser ni clé ou poignée, la porte s'ouvre. Des vents violents soufflent sur leur visage et bien que le pape essaye de rester impassible, les deux autres - totalement effrayés - peuvent voir que Clément aussi ne se sent pas à son aise. Avec des entiments confus, ils entrent dans la pièce derrière la porte ; un pas dans l'inconnu...



Avantasia

    Gabriel :

Ouvre mes yeux
et vois mes mains blessées qui saignent...
Sentant la douleur trop forte pour rester debout. rester debout...
Piégé dans le "maintenant et ici"
pendant qu'ils sont sur le chemin
cachant l'imagination, nous détournant du droit chemin...

    Lugaid :

Utilise ton esprit !
Tu laisseras ton état de chair derrière
La raison sonnera le glas -
menant au coeur de ton âme

    Gabriel (les voix dans sa tête) :

Nous avons la force intérieure, nous t'amenons l'imagination
Nous sommes le royaume de lumière et de rêves
Gnose et vie : Avantasia !

Marchant le long de la gallerie glacée de douleur
Dis moi maintenant : Qu'est-ce qui peut garder la flamme vivante ?
Manque d'imagination - Elevant la tour
Où ils gardent nos âmes
pour emporter la puissance

    Lugaid :

Utilise ton esprit !
Tu laisseras ton état de chair derrière
La raison sonnera le glas -
menant au coeur de ton âme

    Gabriel (les voix dans sa tête) :

Nous avons la force intérieure, nous t'amenons l'imagination
Nous sommes le royaume de lumière et de rêves
Gnose et vie : Avantasia !

Oh - Avantasia - oh
Oh - J'ai entendu la voix - oh - oui...
Oh - Dans la lumière - dans la lumière...
Oh - Avantasia ... oh ...

Interprétation :
Pendant ce temps...
Gabriel se réveille. Il a mal à la tête et son corps est couvert d'écorchures. Mais où est Vandroiy ? gabriel essaye de se souvenir :
Ensemble, ils se sont évadés de la prison de Mayence et de ceux qui étaient intéressés par leur arrestation. Vandroiy et lui étaient sur la route de Rome (tout du moins sur la route de la caravane de Von Bicken partant pour Rome, car Gabriel a su qu'il y avait une caravane sur le point de quitter Mayence pour se rendre à Rome et Vandroiy avait deviné pourquoi...), quand des étrangers - probablement des brigands -  les ont attaqués leur laissant la vie pour une raison quelconque. Vandroiy voulait ce livre à tout prix avant qu'il ne disparaisse derrière les murs du Vatican, car, comme il l'avait expliqué - on ne peut pas permettre que les leaders d'une puissante organisation puisse décider qui doit avoir accès au monde spirituel. Durant leur évasion, le druide a beaucoup dit à Gabriel sur le livre. Il en existait six autres du même genre et chacun était la clé d'une porte, au travers de laquelle on pouvait passer dans un monde spirituel de chair et de sang. Bien que l'accès à ce monde doit habituellement être un privilège de l'esprit, l'entrée avec le corps à travers ces portes qui ont été déployées sur tout la terre peut être possible à tout moment, pour Avantasia - comme Vandroiy a l'habitude d'appeler le monde spirituel - et ne devrait pas être oublié par aucune génération. Avantasia a été ouverte chaque fois pour l'esprit de tout le monde mais chaque jour, de plus en plus de gens oublient ce monde. Et pour éviter cela, les livres seront là pour aller à Avantasia avec le corps - pour se souvenir de ce que c'est et comment y aller avec l'esprit et sans les portes et les livres...
D'une façon ou d'une autre Vandroiy avait senti que tous les livres étaient dans une seule main et une vision effrayante avait causé leur hâte vers Rome. L'humanité peut être si égoïste lorsqu'il s'agit de puissance et d'influence. Ils sont disposés à nuire à tout le monde. Et si les sceaux sont amenés à une certaine tour menaçante, le lieu le plus sombre d'Avantasia, le monde spirituel serait fermé pour toujours. C'est ce que dit Vandroiy. Bien que ça n'ait aucun sens pour Gabriel, il finit par réaliser qu'il s'agissait d'un fait : les gens veulent faire mourir la quête de la vérité dans l'esprit de leurs contemporains pour avoir une meilleure influence sur eux. Et avec plus de puissance sur eux, en faire des marionettes désarticulées. Agissant ainsi, les "controlleurs" ignorent totalement le point que les adeptes de leurs propres leaders oublieraient Avantasia dans plusieurs générations. Mais s'ils en sont conscient ou pas - Gabriel réalise lentement pourquoi Vandroiy a besoin de retrouver ce livre... Bien, Vandroiy... a-t-il été kidnappé ? Bon, quand Gabriel veut le chercher, le druide apparait avec des herbes dans les mains pour soigner leurs blessures. Vandroiy explique ce que Gabriel avait déviné : Ils ont été kidnappés par un groupe de brigands et miraculeusement, ils ont été juste assomés et pas tués. Vandroiy semble triste depuis qu'il sait qu'il n'y a aucune chance de rattraper  la caravane de Von Bicken. Si le livre tombait dans les mains du pape, il irait immédiatement à Avantasia et l'effrayante vision que Vandroiy a eu deviendrait réalité. Il reste juste une chance de l'empêcher que Gabriel connaîtra bientôt...
Mais avant qu'il puisse lui poser une question, le vieux druide révèle à Gabriel un autre plan :
Une voix intérieure dit au vieux druide, que quelque part non loin d'ici se trouve une clairière dans la forêt, un vieux lieu spirituel où ils peuvent continuer leur mission d'une façon différente. Et pendant qu'ils traversent cette forêt, il dit à Gabriel ses intentions:
Dans ce lieu spirituel qu'ils cherchent, où d'anciennes puissances de la terre viennent ensemble en un pouint d'intersection, Vandroiy veut essayer de transcender l'esprit de Gabriel jusqu'à Avantasia... Une action dangereuse pour Gabriel. Il explique qu'il ne peut y aller lui même car il doit surveiller le corps de Gabriel vidé de son esprit (Les soldats de Mayence chercheront les deux évadés et bien qu'il y ait juste un petit risque, ils peuvent les trouver et dans ce cas, il devra rappeler Gabriel immédiatement). Mais il restera en contact avec l'esprit de Gabriel dans Avantasia et communiquera avec lui. Et bien que tout ceci semble très étrange et incroyable à Gabriel, il croit de toute façon les paroles d u vieil homme (il ne peut rien faire d'autre car... oui... oh Anna...).
Quelques minutes plus tard, ils s'arrêtent dans la clairière au centre d'un cercle de lourdes pierres, comme Lugaid dit à Gabriel, que les vieux amis du druide qui se trouvent ici, créatures d'Avantasia, lui donneront un nouveau corps pour sa visite dans un autre domaine. Il veut juste libérer sa demi-soeur maintenant qu'il est si loin d'elle et sur le point de quitter ce monde ?!
Seigneur - qui peut demander autant à un petit apprenti, QUI ?
Et alors, Gabriel s'endort - et son esprit se transcende.



A New Dimension (Une nouvelle dimension)

Interprétation :
Acte 2
Scène 1 :
Gabriel se réveille avec encore mal à la tête ; et il se sent étrange. Il lui faut un peu de temps pour réaliser qu'il est lui mais pas vraiment lui, mais lui d'une certaine façon. Lorsqu'il regarde son corps jusqu'à ses pieds et touche son nez, il sait que son corps n'est pas celui dans lequel il a l'habitude de vivre. Mais son esprit, son âme... c'est définitivement lui.
Peut-être se serait-il plus émerveillé d'une apparance encore plus différente mais il y a des circonstances dans lesquelles il faut maîtriser ses pensées. ; son environnement : ciel bleu, domaines étendus, de belles montagnes à l'horizon. Oui, c'est la première fois qu'il voit et sent combien la nature est belle.



Inside (A l'intérieur)

    Elderane :

Nous sommes les petites créatures
à l'intérieur de ton esprit

    Regrin :

certains nous appellent leur imagination
mais certains n'ont jamais trouvé

    Elderane :

Nous pouvons enseigner la philosophie
mais encore nous devons recommander...

    Regrin :

... la condition de ton existence
directement dans ta main
bienvenue dans ce lieu
Viens affronter toutes tes peurs...

    Gabriel :

Où avez-vous tous été
quand j'étais seul ?
Quand j'étais un héro dans leur spectacle fou et cruel
Vous ne m'avaez envoyé aucune étincelle
Dans ma vision sombre de la vie
Ils ne m'ont pas demandé ce qui est faux et ce qui est vrai

Et je regrette encore d'être ici
Je rêve d'Anna en pleurs

A l'intérieur - Si profondément à l'intérieur
Vous mourez si je ne rêve plus ?!?

Interprétation :
A ce moment, un petit homme apparait derrière lui et lui souhaite la bienvenue à Avantasia - Il se présente comme étant Regrin le nain. Il emmène Gabriel à la capitale d'Avantasia, la ville elfe de Sesidhbana, où ils parlent à Elderane, le prince des elfes et maître d'Avantasia. Il explique à Gabriel qui et ce qu'ils sont.



Sign Of The Cross (Le signe de la croix)

    Gabriel :

D'un monde de règne, ils viennent...

    Pape :

Dans un monde de Mammon, nous l'avons trouvé !
combattant pour la fierté et pour l'or
Mais la clé du règne, du contrôle ultime :
sagesse ancienne

Nous avons été élus pour drainer le vin de la gnose
le cacher et prier
Nous avons à sauver nos enfants de la bête
Nous sommes sur le chemin

    Elderane :

Demeurant dans l'obscurité
La terre du salut se noiera
et quand nous aurons disparu
l'esclavage remplacera ta liberté

    Gabriel :

Sept yeux pour être aveugle pour toujours
Signe de la croix...
L'enfer se lève ! la punition sous le signe,
Signe de la croix - nous noiera dans le vin de l'autel

    Von Bicken :

Au coeur de la justice appelé Horeb depuis longtemps
Moïse reçu les pierres gravées
Imposées pour juger ceux qui n'avaient pas peur
le seul, le saint, le seigneur

    Gabriel :

Le sang de la colère et de la douleur
écrit dans l'Ancien Testament
Je sais qu'ils termineront leur croisade
noyés dans le sang de l'agneau

    Elderane :

Demeurant dans l'obscurité
La terre du salut se noiera
et quand nous aurons disparu
l'esclavage remplacera ta liberté

    Gabriel :

Sept yeux pour être aveugle pour toujours
Signe de la croix...
L'enfer se lève ! la punition sous le signe,
Signe de la croix - nous noiera dans le vin de l'autel

    Regrin :

Tu as été l'élu
Alors bienvenue en ce lieu
Vandroiy nous a dit que tu viendrais
pour nous aider à l'emporter
Ramenant le sceau des hommes
qui ne savent qu'en faire
Semblé être un fou sans une propre ligne de conduite
Mais tu as été un esprit endormi
et tu t'es réveillé à temps
Tu as la force de nous sauver et finalement de te sauver

    Gabriel :

Un rêve est pour toujours
La terre du salut ne peut se noyer
Ces couleurs enchantées -
Qui pouvait avoir la puissance pour détruire
(toutes ces couleurs - imagination...)

Sept yeux pour être aveugle pour toujours
Signe de la croix...
L'enfer se lève ! la punition sous le signe,
Signe de la croix... Suis le signe...

Interprétation :
Scène 2 :
Regrin et Elderane disent à Gabriel ce qu'il se passe à Avantasia. De vieilles forces démoniaques ont mobilisé une armée puissante qui se déchaîne dans Avantasia, répendant la terreur, ne laissant personne passer par la tour, le centre du monde du rêve, excepté ceux qui ont les sept parties du sceau. Une guerre éternelle entre la philosophie et le déclin, entre l'esprit et la stupéfaction, la vie et la mort. On dit à Gabriel que sa mission sera de rejoindre les humains qui sont entrés dans Avantasia (selon les informations qu'ils ont réçues) et ramener le sceau pour empêcher les gentilles créatures d'être oubliées et de disparaitre.



The Tower (La tour)

    Gabriel :

Où vais-je ?

Je n'ai jamais eu de vrai rêve avant
Maintenant, j'ai la vision d'une porte ouverte
Me guidant jusqu'à chez moi, où est ma place,
Terre de rêve, je suis allé

Oh Oh où vais-je ? Oh ouais ouais...

Je n'ai jamais eu une peau et du sang comme ça avant
J'ai eu une nouvelle apparence quand j'ai passé la porte
Est-ce un rêve dans lequel je me trouve ? Oh que se passe-t-il ?

Descend, descend, descend
J'erre nulle part
Sans en voir la fin : Terre gachée pour toujours
et j'entends la voix, la voix, la voix, la voix...

Hallelujah, Hallelujah, Hallelujah, Hallelujah

Je n'ai jamais été un combattant, jamais été un homme
mais je dois aider Vandroiy, il est mon seul ami
Nulle part où aller mais je sais qu'il sait comment
nous la sortirons d'ici

Magie de la transcendance
m'a amené en ces lieux
Vandroiy, en réalité, m'a guidé
M'a dit de ramener le sceau
mais je ne sais pas encore où j'irais

    Lugaid :

Ne sens-tu pas la voix ?
Tu n'as pas le choix
Quel genre de vie :
Liberté dans la chair - des chaînes dans ton esprit...

Va sur le chemin de la tour !
Trouve le secret caché !
Va sur le chemin de la tour !
pour que la sagesse des âges ne meure pas

    Elderane :

Les hommes de bonnes intentions
sur le chemin de la lumière
mais certains d'entre eux sont vénaux
s'achevant dans la nuit
Peut-être est-ce meilleur pour toi, humain,
de ne pas savoir ce qu'il se passe

    Gabriel :

Parfois, nous devons suivre
des routes qui nous semblent mauvaises
Quel genre de vie : Liberté dans la chair
des chaînes dans ton esprit...

    Lugaid :

Va sur le chemin de la tour !
Trouve le secret caché !
Va sur le chemin de la tour !
Découvre le nom de celui
qui règne de l'intérieur. Ah...

    Voix :

Tu as traversé les chemins du temps pour m'apporter les sept parties du sceau.
Alors à présent, lance les par dessus les murs de la tour.
Jète le sceau

    Pape :

Mais avant, seigneur, que fais-tu de la prophétie ?
Que fais-tu de la récompense : l'illumination ultime
La gnose et la force de défendre ton royaume sur terre
avec une poigne de fer ? Que fais-tu de la prophétie ?

    Lugaid :

Je comprends...
Je comprends...

    Tous :

Pour la gloire, pour la gloire, pour la gloire,
Pour la gloire, pour la gloire, oh - que se passe-t-il ?

    Lugaid :

Gabriel je peux sentir :
Tu les as : livre et sceau
Aucune guerre n'est encore gagnée, nous avons à peine commencé...

Va sur le chemin de la tour !
Trouve le secret caché !
Va sur le chemin de la tour !
Découvre le nom de celui
qui règne de l'intérieur.

Va sur le chemin de la tour !
Trouve le secret caché !
Va sur le chemin de la tour !
Découvre le nom de celui
De celui...

    Jakob :

Oh, comment l'étranger a-t-il dérobé le sceau ?
Etait-ce ma faute ? Ou était-ce la faute de personne ?

Interprétation :
Ce sera sa mission, depuis que les saintes lois d'Avantasia interdisent aux avantasiens d'intervenir avec violence dans les affaires des humains.
Avec une étrange machine volante, l'apprenti effrayé (mais de plus en plus émerveillé mais comprenant de moins en moins) est emmené sur la route menant à la tour et laissé en un lieu où quelques heures plus tard, les trois ecclésiastiques passeraient. Ne le reconnaissant pas à cause de sa nouvelle apparance, il se joint à eux, leur disant qu'il est le seul à pouvoir leur indiquer l'emplacement de la tour.
Pendant ce temps, Vandroiy s'intéresse à une vieille question qu'il s'est déjà posée. Quel est le secret de la tour ? Pourquoi Avantasia sera fermée lorsque les sceaux atteindront la tour ? Mais Elderane, qui est en contact avec Vandroiy (ainsi qu'avec Gabriel) ne veut pas parler de ce secret, car il pense, qu'il est parfois préférable pour les humains de ne pas trop en savoir.
Et Gabriel ?! Il se demande tout le temps comment il pourrait aider Anna en voyageant dans un monde dont il a apprit l'existence il y a seulement quelques heures. Mais intérieurement, il peut entendre Vandroiy lui parler, lencourager à tenir compte des ordres d'Elderane et à ramener les sceaux. Et doucement le jeune apprenti commence à réaliser ce qu'il se passe -ou peut-être pas...
La guerre est partout pour autant que Gabriel puisse en juger. Comme des milliers de soldats fourmis, les forces unies d'Avantasia se battent contre les armées noires. Dans son esprit, il entend toujours Lugaid lui parler, si loin dans le monde matériel mais si proche pourtant, lui disant de subtiliser le sceau à ses trois compagnons de route.
Vandroiy continue à intérogger Elderane - qui est retourné à Sesidhbana après avoir accompagné Gabriel - à propos de la voix parlant à l'intérieur de la tour, attendant les trois ecclésiastiques mais l'elfe ne répond pas au druide. Tout ce qu'il sait est que le monde spirituel sera perdu, si les envahisseurs d'Avantasia réussissent à jeter le sceau par dessus le mur de la tour.
Et comme ils se tiennent devant la tour, Gabriel se demande comment il pourra voler le sceau - même si les autres ignorent qui il est. Mais s'il prend le sceau, ils sauront et il aura toute une armée à ses trousses. Ça n'a pas de sens pour l'apprenti.

Ils se tiennent donc devant la tour et lorsque le pape commence à parler à la force dans la tour, Gabriel et Vandroiy comprennent la vraie raison qui a poussé les ecclésiastiques à emmener le sceau jusqu'à la tour. Evidemment, ils ne savent pas ce qu'ils ont fait depuis qu'ils ont cru de faux documents, croyant lire des documents saints. Des documents leur ayant promis l'illumination, Jésus Christ. Et seulement lorsque la voix dans la tour commence a hurler, réclamant le sceau et devenant impatiente, Vandroiy réalise que c'était quelque chose de difficile à croire, ce qu'Elderan voulait cacher. Et quand Vandroiy demande à nouveau le secret de la tour, l'elfe répond à sa requête et commence à parler :

Il y a un millier d'années, trois magiciens de l'univers créèrent sept portes, sept livres et sept parties d'un sceau. Ils savaient qu'il y aurait des humains un jour et ils savaient que ces humains auraient à traverser des moments difficiles, mais aussi bien ces humains pourraient être lumière et amour. Quand les sept portes furent construites et les sept livres de la sagesse avec les sept parties du sceau donnés à sept personnes, ils dirent :
Notre travail au nom de mère nature est terminé. Maintenant, c'est au tour de l'humanité. Qu'Avantasia deùeure d'une beauté éternelle ; que les humaines se comprennent les uns les autres et utilisent les possibilités de leur planète.
Quand la terre n'avait pas de forme, le vide ; la pénombre était sur le visage des profondeurs, ils ont condamné leur père à être enfermé dans la tour. Leur père, avec lequel ils s'étaient séparés, car il voulait emmener le chaos sur terre. La tour, une prison de laquelle il peut s'échapper si des humains ferme Avantasia un jour, en y emmenant le sceau. Jusqu'alors le père des magiciens pouvait seulement posséder ceux qui avaient abandonné leur esprit et leur âme.

Vandroiy est effrayé lorsqu'il entend ça. Encore et encore, il dit à Gabriel de prendre le sceau qui est toujours dans le sac du pape. Car de toute façon, le pape ne croit pas la promesse faite par les documents secrets depuis qu'il ne sent pas quelque chose d'illuminant. Doucement, il sort le sceau et le garde quelque temps, pendant que la "sainte" puissance devient de plus en plus impatiente et ne semble plus si "sainte". Comme Von Bicken, Jakob se tient aux côtés du pape, ayant de plus en plus peur de la voix hurlante. Il recule d'un pas comme il lutte et essaye de se raccrocher à la robe du pape et l'oblige à lutter également. Sans y réfléchir à deux fois, Gabriel sait que c'est à lui de jouer. Il ramasse le sceau sur le sol poussiéreux et part en courant. De plus en plus vite à travers les armées de soldats sombres. gabriel ne réfléchit pas ; il se contente de courir, courir et courir (esquivant et passant les lignes ennemies comme Lothar Matthaüs au travers de la défense adverse dans ses belles années... Oui cher lecteur et je ne serais pas Tobias Sammet si je n'avais pas écrit quelque chose comme ça quelque part !!!). Courant et courant jusqu'à  ce que quelques minutes plus tard, une ombre apparaisse, lui aggripe les épaules et le hisse dans les airs...
Quand la machine volante des elfes le déposa à Sesidhbana, il s'émerveilla d'avoir couru aussi vite pour un être humain mais il se souvint qu'il n'avait pas un corps humain ici, à Avantasia, et c'ets probablement ce qui avait sauvé sa vie.


Conclusion :
De retour à Sesidhbana, Gabriel est porté en triomphe par les avantasiens mais il ne peut apprécier sa victoire. Il a échoué, ce qui est le pire - sans elle - qui est toujours emprisonnée. Attendant toujours l'aide d'un fou, qui n'a pas réussi à la libérer, oh Anna...

A suivre... 


Traduit par Mathieu
Janvier 2001