ACCUEiL

disques

CHRONiQUES MUSiCALES

AUTRES

du prog plaisant

Bjørn Riis
Everything To Everyone (2022)

Dans la série de ceux qui continuent d’enregistrer le nouvel album de Gilmour voici en ce jour merveilleux celui de Bjorn Riis qui navigue pas loin non plus de Steven Wilson (surtout dans le premier titre "Run") et c‘est normal car ce dernier avait aussi flashé sur l'ancien guitariste de Pink Floyd.

Avec "Lay me down" on n’est pas loin de la ballade, c’est calme avec une belle guitare aérienne au son des plus agréables et qui s’excite un peu sur fin d’un thème très... euh... "floydien".

"The siren", titre plutôt mélancolique, est apaisé, rappelant beaucoup les belles choses de Riss des précédents albums et "Every second every hour" évolue dans le même créneau. Ca se la joue cool au départ puis s’énerve un peu avec un passage un peu ambient (façon "Endless River" de qui tu sais) puis on remet ça avant un solo final. Et ce titre n’apporte pas grand-chose de plus et il est bien trop long,

Avec "Descending", on fait dans l’instrumental correct, lent puis rapide avec bien sûr beaucoup de guitare (déchainée quelque peu vers la fin du thème, et c’est tant mieux)... et des choeurs.

L’album se termine avec encore une ballade nommée "Everything to everyone" bien construite tout dans la mélancolie qui, comme tout un chacun le sait, n'est que de la ferveur retombée.

Au final on se dit que Riis fait bien son truc, c’est propre, la guitare est élégante et omniprésente. Il n’y a pas de débordements inutiles mais le disque n’a pas vraiment de caractère, est un peu trop uniforme et Riis n’a pas réellement les qualités vocales pour transcender la chose mais c’est malgré tout plaisant et prog sans une technicité à la con pour que dalle, c’est déjà pas si mal.

_____________________________________________________________________________

LA CHRONiQUE D'UN AUTRE ALBUM DE PROG _____________________________________________________________________________

Drama
Yes

... I am a camera !...