ACCUEiL

disques

CHRONiQUES MUSiCALES

AUTRES

ça dégage les pavillons

Earthless
Night Parade Of One Hundred Demons (2022)

Dans la douce série écoutons-du-stoner-ça-dégage-les-pavillons, voici en ce jour béni des Dieux, Earthless qui est un trio qui fait du... euh... stoner. Tu le savais ? C’est bien.

Earthless, ce sont ici trois thèmes qui durent des plombes. Mais, bon pour ne pas lasser, les gars se baladent un peu ailleurs, notamment dans le rock prog, le psyché aussi.

La parade nocturne des cent démons, c’est par moments plus apaisé, disons, plus sombre et ce n’est pas pour me déplaire, perso, sombre est mon deuxième prénom.

Et comme c’est long, ça démarre cool avec des grattes quand même bien présentes puis ça monte, ça s’excite, ça s’énerve, ça rage même et les guitares deviennent agressives avec plein d’effets plaisants, particulièrement psychédéliques et la batterie martèle tant et plus, la basse ronronne et ça s’agite lentement mais sûrement.

Et pour qui est accro aux guitares énergiques solistes délirantes (moi) qui se déchaînent pas loin de la transe, cet album totalement instrumental (il en faut aussi) est le bon.

C’est une réussite.

 

_____________________________________________________________________________

LA CHRONiQUE D'UN AUTRE ALBUM DE EARTHLESS _____________________________________________________________________________

Black Heaven
Earthless

... c'est chaud ! ...