ACCUEiL

disques

CHRONiQUES MUSiCALES

AUTRES

plutôt accessible

Fontaines D.C.
Skinty Fia (2022)

Fontaines D.C. dont je ne connais pas l’origine du nom propose un album que d’aucuns classent dans le post-punk. Bon, du punk, même « passé » on n’en trouve pas plus que du reggae dans le dernier CD de Masturbation Massakre.

Fontaines D.C. est un groupe irlandais et c’est important de le savoir car le titre du disque signifie en gaélique : « la damnation du cerf » (on en voit un sur la pochette) et ça veut dire à peu près ceci : « putain la déception que j’ai !». Et c’est quoi donc qui a déçu les petits gars de Fontaines D.C. ? Eh bien, c’est la mondialisation de leur pays qui a tendance (comme partout ailleurs) à perdre son identité au fil du temps malgré le trèfle à quatre feuilles, Saint-Patrick et Bono.

Fontaines D.C. propose une pop originale parfois un rien excitée (d’où l’expression « post-punk» ) qui va aussi un peu du côté de la musique irlandaise avec des textes pas forcément cons et un chanteur à la voix grave (je préfère) qui pour une fois ne hurle pas comme un dératé ou couine en pure perte. Non. Il a une tonalité plaisante au fil de titres pas tous convaincants et qui ne décollent pas vraiment et malgré les multiples louanges qui couvrent exagérément cet album j’avoue le trouver au fil des titres un peu monocorde, bien trop long et seuls l’originalité du propos, les vocaux et les trouvailles variées sur l’accompagnement me font aller jusqu’au bout d’un disque qui finalement grâce à la mondialisation que les Fontaines récusent pourrait faire de par son côté plutôt accessible un bon succès un peu partout et même ailleurs.

 

_____________________________________________________________________________

LA CHRONiQUE D'UN AUTRE ALBUM DE 2022 _____________________________________________________________________________

Old Souls
Rick Miller

... c'est du prog qui manque un peu de caractère!...