ACCUEiL

disques

CHRONiQUES MUSiCALES

AUTRES

une réelle médiocrité

Jack White
Fear Of The Dawn (2022)

White dont la voix n’est pas vraiment le point fort propose un disque rock original certes mais avec un délire d‘effets divers agressifs, un peu de rap aussi, des guitares nerveuses et parfois de l’électronique débridée.

On a droit à du hard-rock, du garage-rock, du rock expérimental, du rock’n’roll et tout ce qu’on veut d’excité avec des sons saturés, des synthés barges, de l’électronique pour que dalle, des vocaux assez pénibles à donner envie d’aller s’envoyer une compil de Robert Plant façon hard-rock. C’est dire.

White en fait trop, et trop, c’est trop comme disait l’autre et cet album est pratiquement inécoutable (à part peut-être dans le dernier titre plus cool) avec ses délires sans queue ni tête qui vont nulle part et ne servent à rien.

Du coup, force est de le constater amèrement, cette œuvre est une réelle médiocrité, ridicule et moche et cela me navre car j’avoue avoir trouvé des trucs intéressants dans des précédents albums de White (voir ci-dessous).

 

_____________________________________________________________________________

LA CHRONiQUE D'UN AUTRE ALBUM DE jACK WHiTE _____________________________________________________________________________

Lazaretto
Jack White

 

... entre led zep et stones...